Ferienwohnungen in Umbrien, Assisi - Casa Faustina mit Pool und Aussicht

Unterwegs

Assise et l'Ombrie

Casa Faustina se situe à 7 km de Assise, au cœur des plus beaux itinéraires culturels, naturels, gastronomiques et spirituels de l'Ombrie. Vous pourrez rejoindre facilement les villes d'art et bourgs médiévaux tels que Spello (20 km), Pérouse (20 km), Spoleto (40 km), Orvieto, Gubbio (40 km) et Montefalco (35 km). Nous vous présentons brièvement quelques itinéraires que le « Cœur Vert d'Italie » vous offre.

Le Mont Subasio au dessus de Assise et son très beau Parc vous ferons passer des journées inoubliables avec ses différents sentiers de randonnée qui ouvrent à la vue des paysages atemporels. Nous vous conseillons la visite de l'ermitage de Saint François d'Assise Eremo delle Carceri.

Parcours gastronomiques

Nous sommes sur la Route des Vins du Cantique sur laquelle vous pourrez déguster les meilleurs vins de la zone parmi lesquels le Rosso di Torgiano DOC et le Rosso di Assisi DOC. Nous pouvons vous conseiller des visites dans les vignes et des dégustations dans les caves.

A 30 km d'ici, vous rejoindrez également la Route du Sagrantino en traversant des paysages splendides pour arriver aux bourgs médiévaux de Bevagna et Montefalco, en faisant étape dans les caves de grand renom ou dans des cantines où vous gouterez le Sagrantino di Montefalco DOCG ou encore le Rosso di Montefalco DOC.

Parcours naturels

Les parcours naturels de la Valnerina avec les Cascades des Marmore, les Monts Sibyllins et le merveilleux Castelluccio sont d'autres destinations d'une grande beauté qui méritent une visite, à 1 heure et demi de voiture d'ici. Vous pourrez vous arrêter en route pour visiter la cathédrale de Spoleto ou pour une pause gastronomie à Norcia. Les grottes de Frasassi que vous rejoindrez en une heure et demi émerveillerons petits et grands.

Ce sera un plaisir pour nous de vous conseiller des visites, itinéraires et curiosités de la région. Vous trouverez au bas de la page la description des forteresses et des châteaux de Assise.

Casa Faustina conseille

Ermitage des Carceri à Assise

Vous pourrez y arriver, également à pied, depuis Assise (5 km de route en montée) en suivant les indications pour le Mont Subasio. L'ermitage des Carceri doit son nom au fait que Saint François et ses compagnons s'y « incarcéraient » dans la solitude et le silence pour se consacrer à la contemplation et à la prière. Les frères utilisèrent initialement de nombreuses grottes de la zone, qu'il est encore possible de visiter. En 1400, sous la direction de San Bernardino de Sienne, le couvent fut ajouté à la petite église originelle et agrandi. La promenade dans les bois est très mystique avec ses nombreuses grottes naturelles et les petites chapelles où les pèlerins se retirent pour méditer. Soyez attentifs au chêne vert juste après le pont car il s'agit de l'arbre de la Bénédiction de Saint François aux oiseaux ! Depuis ce jour là, les colombes blanches ne quittent plus le lieu. Un dernier conseil, après avoir visité l'ermitage, continuez votre promenade vers le Mont Subasio. Du haut du Mont, le panorama sur l'Ombrie est inoubliable !

Les forteresses de Assise

La Rocca Maggiore (Forteresse Majeure) et la Rocca Minore (Forteresse Mineure) représentent un des exemples les plus emblématiques des interventions de politique défensive effectuées par le Cardinal Albornoz entre 1353 et 1367 en Ombrie.

Rocca Maggiore

La Rocca Maggiore fut probablement construite au XIIème siècle, sur les ruines de l'ancienne zone étrusque, en position dominante sur Assise et la Vallée du Tescio. Les premiers témoignages sur la forteresse remontent à 1174, lorsque l'archevêque de Magonza en prit possession pour le compte de Frédéric Barberousse et fut depuis un siège du pouvoir féodal germanique, jusqu'à ce que le Pape Innocent III ne chasse le Duc de Spolète et le jeune Frédéric II de Suède. Le peuple, en signe de joie pour la nouvelle tutelle papale, abattit les tours et les murs qui étaient le symbole de la domination impériale. La ville resta sous la domination des guelfes jusqu'en 1319 lorsque, avec l'aide de Frédérique de Montefeltro et de l'Archevêque de Arezzo, le Munzio di Francesco I Brancaleoni da Piobbico s'en empara et que les rebelles qu'il avait a sa tête firent des actes de vandalisme sacrilège et simoniaque, en vendant le trésor conservé dans la Basilique de Saint François aux marchés de Arezzo, Fabriano et Florence pour 14.000 fiorini. À la fin de la guerre opposant Assise à Pérouse, en 1321 une brève paix fut le prologue de nombreuses années de batailles violentes au terme desquelles, en 1330, les deux forteresses se trouvèrent très endommagées et en état d'abandon. Elles demeurèrent ainsi jusqu'en 1362, lorsque le Cardinal Albornoz en décida la restructuration et la rénovation qui comprenaient, outre la récupération des deux forteresses, la création d'un système de défense dominant toute la plaine avec l'utilisation des châteaux préexistant qui furent agrandis et fortifiés. Grâce à ces travaux de génie militaire, Assise et son territoire devinrent toujours plus importants pour le contrôle de la plaine entre Pérouse et Foligno et de ses voies de communication. En 1385, Assise repassa sous la domination gibeline avec le Comte Guglielmo di Carlo Fiumi, allié de Pérouse dans la lutte contre le Pape. Les luttes entre guelfes et gibelins continuèrent jusqu'en 1442 lorsque, suite à un long siège, la Rocca Minore le 13 décembre, puis la Rocca Maggiore le 18 janvier, se rendirent à Niccolo I Piccinino qui y emprisonna Antonello della Torre , Seigneur de Sterpeto accusé de trahison. A partir de 1458 commencèrent d'autres travaux d'agrandissement avec la construction de la tour octogonale et d'un couloir le reliant à la forteresse, qui furent achevés presque un siècle plus tard, en 1538, avec l'insertion dans le système de défense d'un bastion d'entrée circulaire sur lequel se trouvent encore aujourd'hui les armoiries pontificales. De nos jours, la Rocca Maggiore présente une enceinte trapézoïdale avec des tours à tous les angles. Au centre, se trouve le château avec une autre tour et les murs se terminant avec une tour dodécagone.

Rocca Minore

Le donjon de St. Antoine, plus connu sous le nom de Rocca Minore, doit son nom à la fraternité de St Antoine et de St Jacques qui se trouvent à proximité de la porte des Capucins sous la forteresse, et est également appelée Rocchicciola, c'est-à-dire la petit forteresse. Les deux forteresses sont situées sur les points les plus hauts de la ville et sont reliées entre elles par une muraille dans laquelle se trouve, dit-on, un chemin secret.

Châteaux dans les alentours De Assise

Cet itinéraire peut se faire en voiture et inclut 10 des principaux châteaux de la ville d'Assise. Les ruines du château de Mora, qui donne son nom au lieu où nous sommes, sont à 1 km de Casa Faustina, les châteaux de Beviglie et Tordibetto sont à proximité immédiate sur la route reliant Casa Faustina à Palazzo depuis Assise, où se trouve le bourg complètement restauré de Palazzo, outre celui de Sterpeto et celui de San Gregorio.

Introduction

Dans les environs d'Assise, vers le XIIème siècle de nombreux châteaux et forteresses furent construits, qui furent le théâtre de vicissitudes médiévales. Ces constructions sont surtout des bourgs fortifiés avec tours, bastions et fossés, protégés par des maisons construites les unes contre les autres, formant ainsi une enceinte murale. Les châteaux furent construits dans des lieux stratégiques. Sur le territoire de Assise, nous trouvons ces derniers surtout sur des collines, dans la campagne et la vallée traversée par la rivière Chiasco, ce qui permettait une domination sur les territoires contrôlés. A partir du Xème siècle une grande croissance démographique eut lieu. L'agriculture augmenta progressivement, devenant une véritable ressource économique, dont les processus qui y sont liés permirent l'évolution de ces centres. Au cours des siècles, nombre d'entre eux furent réduits à de simples tas de décombres suite aux luttes, guerres et famines. D'autres sont en revanche bien conservés bien que leur emploi ait été modifié dans le temps. Le rôle de structures de défense a par la suite subi de profonds remaniements et les éléments de fortification ont disparu ou sont devenus ornementaux. Il est encore possible de nos jours de voir les tours, fossés et pont-levis en mémoire d'un passé et d'une époque de grande évocation historique.

Beviglie

Château situé au Nord d'Assise qui domine la plaine de Palazzo et Tordibetto. Sa construction remonte à la fin du XIIème siècle et il doit probablement son nom à ses origines romaines. Une pierre lapidaire de cette époque en témoigne, qui fut retrouvée dans l'église de San Giovanni. Ses habitants, dont le nombre fut toujours faible, se déplacèrent dans le château proche de Tordibetto dont les lieux étaient plus surs. Les voisinages avaient des moulins pour le blé, des forêts de chênes, châtaigniers, amandiers. Une route champêtre partait du château et conduisait à Santa Maria degli Angeli, qui était appelée route de la Madone. Beviglie est connue dans l'histoire franciscaine puisque Frère Elia, l'un des premiers disciples de Saint François protégé du Cardinal Ugolino des Contés de Sienne - le futur pape Grégoire IX- y serait né (Assise 1180 environ – Cortona 1253). Frère Elia donna une organisation pratique et juridique solide à ce jeune Ordre, l'amenant à une activité missionnaire et scientifique. Suite à la canonisation de Saint François (1228), grâce aux offres recueillies dans le monde entier, Frère Elia construisit la Basilique du Saint à Assise, de laquelle il est aujourd'hui reconnu comme en étant le seul et vrai architecte (1228-1236). Après de nombreuses batailles qui eurent lieu au cours des siècles, le château se rendit en 1400 au pouvoir des Vicomtes de Milan. En 1700, il passa sous le juridiction di Sacré Couvent de Assise. De nos jours le château de Beviglie a une forme carrée, avec deux tours cylindriques qui unissent les restes de murs imposants en bon état de conservation (restaurés en 2003).

Mora

Mora se situe au cœur d'une paysage enchanteur au milieu des oliviers et des vignes, en face du château de Sterpete avec lequel il a partagé les vicissitudes historiques. Les premières mentions écrites remontent au XIIème siècle, où nous le retrouvons cité parmi les terres appartenant à la Basilique de Assise. Plus précisément la première information date de 1100 alors qu'il apparait dans un acte de donation en faveur de l'église de San Rufino. En 1232 il fit au centre d'une des 51 fractions de Assise. Terre féodale de Astorre Baglioni, en 1498 les habitants de Mora chassèrent brutalement les habitants de Assisi; l'intervention du délégué pontifical ne connut pas meilleur sort. Astorre perdit cependant la terre et la vie durant un massacre du 14-15 Juillet 1500 qui eut lieu à Pérouse entre les membres de la famille Baglioni qui s'étaient divisés en 2 familles, filo-vénitienne et filo-florentine. En 1573 deux citadins importants de Mora furent choisis pour résoudre les discordes dans le château voisin de San Gregorio. En 1573 il comptait 449 habitants qui diminuèrent à 265 en 1618, à 131 en 1656 et à 133 en 1701. En 1694, Mora proposa un recours, avec les autres châteaux de Assise, contre l'augmentation de 50 écus l'année de la rétribution des médecins, du fait du caractère inadéquat des prestations offertes dans les localités de campagne. D'un point de vue architectural, le schéma médiéval de plan carré avec quatre tours triangulaires et deux intermédiaires, dans une desquelles s'ouvre la seule porte du château, est encore visible, et le bastion a une forme hexagonale.

Palazzo

Il fut nommé château après la moitié du XVème siècle, à l'intérieur duquel se trouve la très belle église de Santa Maria delle Grazie. Au cours des siècles des fortifications furent construites à des fins défensives, surtout en prévision de la bataille entre Assise et Pérouse, de laquelle il sortit vainqueur. Palazzo fut au centre de nombreux événements belliqueux et était considéré comme étant le château le plus fidèle de Assise.

Sterpeto

Sa construction remonte au XIème siècle. Les événements auxquels il prit part sont nombreux, déjà à partir de 1319, alors que le château était sous le contrôle de la guelfe Pérouse, il constituait un avant-poste militaire contre les gibelins de Assise. Puis il passa sous la juridiction dei Vicomtes de Milan. En 1443 Sterpeto fut sous le pouvoir de Braccio I Baglioni, fils de Malatesta et beau-fils de Braccio Fortebracci, lequel vola aux habitants toutes les armes et le bétail, raison pour lesquelles il fut éloigné des lieux. Après de nombreuses batailles, il revint en 1462 à la famille des comtes Fiumi originaires de Assise. La descendance directe s'interrompit en 1684 puis, suite à une longue cause avec la Chambre Apostolique, l'héritage passa à Paolo Emilio di Girolamo Ridolfo Roncalli et Almena Fiumi qui en perdit le nom de famille. Ainsi, les héritiers administrèrent le comté de Sterpeto jusqu'à la première moitié du XIXème siècle. Le château se trouve au sommet du bourg médiéval et peut être admiré depuis al route reliant Pianello à Assise. Une porte d'entrée munie de tours fait entrer le visiteur directement dans le bourg suggestif et permet l'accès, par le biais d'un passage étroit, à la tour massive qui se trouve sur le sommet de cet édifice complexe.

San Gregorio

Le château se situe dans le voisinage de Pianello et est de nos jours une des fortifications les plus belles de la zone. Il fut construit au Xème siècle et fortifié deux siècles plus tard en raison de sa fonction stratégique, devenant ainsi une sentinelle importante de la vallée et du bourg. Ce fut une petite citadelle autarcique ayant sa propre garnison militaire. Le nom du château et de l'église furent pris à San Gregorio, martyr de Spoleto mort durant la persécution des Dioclétien et Massimiano( environ 310 ap. J.C). Il reste peu de l'église qui lui fut consacrée en1120 et qui était du domaine de l'église de San Rufino. Des belles fresques de Francesco Tartaglia sont aujourd'hui conservées à la pinacothèque communale de Assise. Le château fut jusqu'au XVIème siècle protagoniste de grandes batailles entre Pérouse et Assise. Près de là, en position dominante et suggestive s'élève le château de la famille Bosco di Roveto. La fortification quadrilatérale avec ses hautes tours angulaires à merles guelfes, de forme circulaire, était la résidence antique de seigneurie typique de l'époque médiévale, qui est de nos jours un beau et confortable hôtel restaurant.

Rocca Sant'Angelo

Il s'agit d'une fortification très bien conservée. La fortification a deux portes d'entrée: une donnant sur la vallée, formée d'un arc rond, et l'autre vers le mont, dont la typologie est plus commune. La Rocca Sant'Angelo fut elle aussi le théâtre de luttes et de guerres entre Pérouse et Assise. La fortification eut au moins trois églises: Sant'Angelo, dont le culte remonte probablement è l'époque longobarde, Santa Maria del Castello et Santa Maria fuori del castello, cette dernière également appelée Santa Maria della Rocchicciola ou Santa Maria in Arce. C'est là que fut construit l'un des premiers couvents Franciscains, en retrait de la ville de Assise. Il est encore possible d'admirer la structure et le cloître de cet ancien couvent, mais aussi les fresques de l'école de Giotto et de celle de Pérouse que l'église de Santa Maria in Arce conserve encore de nos jours. La fortification se trouve presque à mi-chemin entre Palazzo e Petrignano, après avoir pris sur la droite une petite route qui traverse les champs et remonte vers la colline en direction nord-est pour arriver au bourg médiéval de Rocca Sant'Angelo.

Petrignano

Petrignano prit constamment part aux luttes entre Assise et Pérouse. Sa construction pourrait remonter au XIème siècle. Le château se situe sur les bords de la rivière Chiascio; Petrignano fut le lieu de naissance d'un personnage important du Risorgimento, le Général Luigi Masci.

Torchiagina

La tour de Torchigiana se trouve dans le voisinage de Petrignano, dans la plaine de Assise sur les bords de la rivière Chiascio. Son nom provient de «Clasina", nom latin de cette dernière. De par sa position stratégique, d'abord entre le duché de Spoleto,, puis comme avant-poste de Assise vers Pérouse, il fut toujours au centre de violentes luttes armées. Entre les XIVème et XVIème siècles, de nombreuses batailles y eurent lieu. Lors d'une des dernières en 1540, une histoire d'amour se termina en tragédie. Le conte Braccio II di Grifonetto Baglioni avait offert le château à sa femme Ventura, en confiant la garde à son beau-fils Annibale Baldeschi qui avait épousé sa fille illégitime. Lorsqu'il se rendit compte que ces deux derniers devinrent amants, il les fit assassiner. Puis le comte fit également décapiter le frère de Annibale, Cesare Baldeschi et en exposa la tête sur la place publique de Pérouse. En 1571 la localité devint un contée et fut donnée à la famille des Bindangoli, originaires de Bergamo, lesquels y hissèrent leur propre écusson. En 1579 Torchiagina accueillit le cardinal Carlo Borromeo recteur du duché de Spoleto, arrivé dans le but précis de mettre fin à des dissidences entre les différentes fractions de Assise. Le château passa ensuite à la famille Fiumi di Roncalli di Assisi, jusqu'à la moitié du XVIIIème siècle.

Tordandrea

Le château se situe au beau milieu de la campagne d'Assise. Les premiers documents médiévaux connus témoignent de la présence de la civilisation longobarde. La tour, autour de laquelle fut successivement construit la château de Tordandrea, pourrait remonter à 1297. Son nom dérive du propriétaire de la tour elle-même, Andrea degli Abbati, qui fut très probablement le fils du moine Paolo de l'Abaye de San Benedetto au Mont Subasio. Le fait le plus important du XVème siècle dans l'histoire de Tordandrea fut sa transformation en château en 1431 pour en assurer sa défense. Le château resta sous le pouvoir des Baglioni jusqu'en 1600, avec les derniers seigneurs Braccio et Carlo, neveux de Galeotto lesquels la même année vendirent le bien à Giulio De' Conti Montauto.

Tordibetto

Se situant sur la route reliant Assisi - Petrignano – Perugia, le château fut érigé par Betto di Menico en 1408, sur la base d'un noyau de défense préexistant construit pour défendre des bâtiments de production et stockage de grains. En 1600, différents artistes de Pérouse y séjournèrent, comme B. Bandiera et F. Appaiani. L'église de S. Bernardino à l'extérieur des murs remonte à 1488, à l'époque où Menico Renuzio paya trois fiorini pour y faire peindre l'image d'un crucifix. Autour du château s'étendaient les domaines des confraternités du Rosario de San Bernardino.